Les ABCD de l’égalité mis au rebut

Publié le par L'humanité

Le gouvernement s'apprête à enterrer lundi le dispositif des ABCD de l'égalité. Au ministère de l'Education, on insiste toutefois sur le fait que "l'éducation à l'égalité fille-garçon reste prévue".

Cette expérimentation scolaire était conçue pour lutter contre les stéréotypes fille-garçon. Elle a été mise en place puis évaluée sur l’année scolaire qui s’achève. Le dispositif concerne plusieurs classes, de la grande section de maternelle au CM2 dans 600 classes pour "faire prendre conscience aux enfants des limites qu'ils se fixent eux-mêmes, des phénomènes d'autocensure trop courants, leur apprendre à grandir dans le respect des autres".

Et quelques jours après la remise du rapport d'évaluation, le ministre de l'Éducation nationale Benoît Hamon et sa collègue des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem devraient leur verdict lundi. De source proche du dossier, on reconnaît que les ABCD dans leur forme actuelle ne seront ni généralisés ni reconduits, tout en insistant sur le fait que "l'éducation à l'égalité fille-garçon est prévue" et "va se faire". L'éducation à l'égalité filles-garçons devrait être inscrite dans la formation des enseignants, avec des outils "améliorés" explique-t-on dans les couloirs du ministère de l’Education. Benoit Hamon entend "inscrire la lutte contre les inégalités" hommes-femmes "dans le socle commun" que tout élève doit maîtriser à 16 ans.

 

Pourtant les retours d’enseignants qui ont testé cette année le dispositif sont globalement très positifs. Directeur d'école dans un quartier populaire de Vénissieux (Rhône), Bernard Bagaggia souligne que dans son établissement "le bilan est très satisfaisant car cela nous a permis d'aborder des sujets sur lesquels nous nous censurons habituellement". Et face aux "grosse interrogations" de certains parents, "nous avons dû argumenter", "mais nous avons su montrer qu'il s'agissait d'un travail d'enseignant, pas de militant". Un enseignant explique à l’AFP qu’"un arrêt du dispositif serait dramatique". "Un recul important" qui risquerait de "donner raison à ceux qui disent que c'est dangereux". Les ABCD lui ont permis de mettre en place des lectures sur les modèles des princesses et des chevaliers, ou des ateliers pour réfléchir aux jeux des uns et des autres, aux métiers, aux couleurs... "Ce sont des activités à hauteur d'enfants, nous partons de situations concrètes observées dans les cours d'école", explique-t-il.

 

Pour Muriel Salle, maîtresse de Conférences à Lyon 1 et formatrice pour les ABCD, "renoncer à cause d'une frange ultraminoritaire de gens d'extrême droite serait une faute politique grave", "un enterrement de première classe", "dramatique pour les filles et les garçons". Elle fait référence aux journées de retrait de l’école, mouvement lancé pendant l'hiver par Farida Belghoul. Proche de l'extrême droite, elle a réussi à rassembler musulmans rigoristes et catholiques conservateurs contre un supposé enseignement de ce qu'ils appellent la "théorie du genre", censée nier la différence sexuelle.

 

Une Gay Pride en colère. L’annonce, le jour de la Gay Pride, de la mise au rebut des ABCD de l’égalité a attisé la colère des dizaines de milliers de personnes qui ont battu le pavé à Paris samedi. "Il y a deux jours encore, un jeune s'est jeté d'un pont parce que sa famille le rejetait", expliquait dans le cortège Nicolas Rividi, porte-parole de l'Inter-LGBT sur les discriminations. "Là encore, le compte n'y est pas du côté du gouvernement. Les engagements sont tenus a minima et encore". Son collectif appelle à manifester mercredi devant le ministère de l'Education pour défendre les ABCD de l'égalité.

Les ABCD de l’égalité mis au rebut

Publié dans LGBT, Education

Commenter cet article